Wednesday 13 December 2017    

Centraide du Grand Montréal

Budget fédéral 2013-le RSIQ dénonce l'orientation en itinérance
21 mars 2013- Suite au dépôt du budget fédéral, le RSIQ dénonce la nouvelle orientation donnée par le gouvernement fédéral à la Stratégie des Partenariats dans la Lutte contre l'Itinérance (SPLI) ainsi que la baisse de son budget.

Le maintien d'une SPLI généraliste et communautaire, un enjeu majeur pour le Québec

Si le programme fédéral sera bien reconduit après le 31 mars 2014, et pour 5 ans, il le sera avec un budget amputé de 16 millions de dollars, et orienté sur un modèle unique : celui du Housing First.

Cette approche, venue des Etats-Unis, entend répondre et mettre fin à l'itinérance grâce au placement rapide en logement privé des personnes, assorti de services divers qui leur sont fournis.

Si le Housing First constitue une approche, ce choix d'orientation pose deux problèmes majeurs pour le RSIQ :

-
une seule réponse ne peut être apportée au phénomène de l’itinérance, par définition complexe et multiforme. Le logement social avec soutien communautaire développé au Québec apporte aussi une réponse à l’itinérance, axée sur le logement, depuis plus de 30 ans. Lutter contre l’itinérance demande par ailleurs une pluralité de modèles afin de répondre aux différents besoins des personnes : travail de rue, aide alimentaire, programmes de réinsertion sociale et professionnelle ou encore amélioration et construction de refuges et d’hébergements. Autant de modèles d’interventions qui étaient permis par la SPLI depuis 2001, et qui ont apporté des actions efficaces et adaptées pour prévenir et contrer l’itinérance au Québec.

- il est
impératif de ne pas considérer et adresser seulement l'itinérance chronique. Contrairement à l’approche du « Housing first » qui ne cible que les personnes dans la rue souvent circonscrites aux centres urbains, la diversité des réponses mises en place au Québec permet d’agir sur les différents types d’itinérance incluant les personnes qui ne sont pas dans la rue, mais en instabilité résidentielle et qui n’ont pas les moyens de couvrir leurs besoins de base, et ce, dans les différentes régions.

Dans une étude menée par le RSIQ, on dénombre plus de 70 000 personnes itinérantes ou à risque d'itinérance qui bénéficient de la SPLI. Concrètement, avec la nouvelle orientation fédérale, ces personnes pourraient perdre les services et l'accompagnement dont elles ont plus que besoin.

Le RSIQ  demande donc au gouvernement du Québec d'agir pour obtenir le maintien du caractère communautaire et généraliste de la SPLI.

Retrouvez l'intégralité du 
communiqué de presse.

RSIQ-21 mars 2013- Dossier Financement fédéral + Archives et histoire du RSIQ







 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.