Thursday 23 March 2017    

Centraide du Grand Montréal

Financement fédéral - Le RSIQ devant le Comité des finances pour porter les demande du milieu
Dans le cadre des consultations pré-budgétaires, le RSIQ comparaissait et déposait un mémoire le 16 octobre 2012 devant le Comité permanent des finances de la Chambre des Communes, lui permettant ainsi de réitérer ses demandes en matière d'itinérance.


Téléchargez le mémoire déposé par le RSIQ dans le cadre des consultations pré-budgétaires 2012 - octobre 2012

Ainsi, le RSIQ y a porté les demandes du milieu communautaire québécois dans la lutte à l'itinérance, à savoir que le prochain budget fédéral prévoie dès maintenant une reconduction de la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI) après 2014 pour plusieurs années, pour qu'un appel de projets soit lancé au printemps 2013. De même, on dit souhaiter que ce programme soit bonifié à 50 millions de dollars par an pour le Québec au lieu du 20 000 $ actuel tout en maintenant son caractère généraliste et communautaire.


L'itinérance au Québec : un phénomène en augmentation

Les membres du RSIQ à travers le Québec font les mêmes constats : l'itinérance est en augmentation, les profils se diversifient et se complexifient avec des personnes itinérantes cumulant plusieurs problématiques (extrême pauvreté, problèmes de santé mentale et/ou physique, dépendances, perte d'autonomie…), ce qui occasionne une pression importante sur le milieu communautaire. De nombreux organismes offrant de l'hébergement à travers le Québec font part régulièrement depuis ces dernières années de débordements et déplorent qu'ils doivent refuser des personnes. Depuis 2008, en Outaouais, le nombre de refus a augmenté de 46% (passant de 204 à 378 personnes refusées annuellement). Entre août 2010 et septembre 2012, ce sont 1090 personnes qui ont été refusées par la Maison d'hébergement dépannage de Valleyfield, faute de place, soit en moyenne 42 personnes par mois. Pour l'année 2012, les données globales recueillies sur l'occupation des refuges à Montréal montrent bien que la tendance à l'accroissement se maintient. Entre décembre 2011 et septembre 2012, le bilan en est à 145 127 nuitées chez les hommes et à 15 382 nuitées pour les femmes soit une augmentation de 2,04 % chez les hommes et de 6,39 % chez les femmes (Diversité sociale, Ville de Montréal, 2012) par rapport à l'année précédente. Les ressources d'hébergement pour femmes débordent ainsi régulièrement, ce qui occasionne de nombreux refus. Par ailleurs, la hausse de cette année suit 5 années d'augmentation de la fréquentation des ressources d'hébergement, hommes et femmes confondus, à Montréal.


L'intervention du fédéral : un investissement à bonifier et prolonger

Depuis 1999, le gouvernement fédéral apporte un soutien financier important aux organismes œuvrant en itinérance. Ce financement, actuelle Stratégie pour les partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI) a été renouvelé en 2009 par le gouvernement pour 5 ans. Le RSIQ juge ce programme essentiel au milieu et nombreux sont les organismes au Québec qui en bénéficient. On estime ainsi, qu'à l'échelle de la province, la SPLI représente plus de 300 emplois et a contribué à la construction de 800 logements sociaux avec soutien communautaire. Cependant, son montant à 20 millions de dollars par an, qui n'a jamais été indexé, est largement insuffisant pour face aux besoins grandissants en matière d'itinérance au Québec. Le RSIQ demande donc au gouvernement fédéral un investissement plus important, à hauteur de 50 millions de dollars par an, et de renouveler par ailleurs ce programme après 2014 pour plusieurs années.

RSIQ - 15 octobre 2012 - Dossier: Financement fédéral







 

Copyright © 2008 RAPSIM - Tous droits réservés.